C'est marué dessus

Les autres critiques sont par là

 

Votre mission 007, donner vos impressions par e-mail

SI VOUS AIMEZ LES AGENTS SECRETS

MI:1: Imposible n'est pas Tom Cruise

MI:2: Tom en cruisade

Scénarios des suites de Mission Impossible

Chapeau melon et bottes de cuir: Emma à la botte


Des tarés étaient en train de perpétuer un mythe depuis longtemps périmé, au oint que ça vire à l'acharnement thérapeutique. Il était temps que j'agisse. Sauver le monde, moi aussi j'ai l'habitude. Grâce à moi, Christophe Lambert n'est pas prêt de revenir au cinéma. S'il y bien quelqu'un qui a trahi James Bond, c'est bien le scénariste.

n Corée du Nord, un général outrecuidant pas très orthodoxe collectionne les diamants et les voitures de sport. Hélas pour James Bond, celui-ci dispose de relais francs-maçons qui l'informent rapidement de l'usurpation d'identité à laquelle se livre l'espion anglais. Voyant rouge (quoi de plus normal), il le condamne à mort, condamnation généreusement commuée en geôle à vie après une course poursuite en hoovercraft au cours de laquelle le jeune général passe de vie à trépas. Il subit alors les sévices propres aux individus de sa condition ( détruire une Porsche à coup de missile, quel scandale !)généreusement fournis par une accorte demoiselle tout de treillis vêtues. Moi-même torturé par mon fantasme des filles en uniforme, c'est dire si je me sentais solidaire.
C'est alors que prend place le générique et là les craintes suscitées par un titre encore plus ridicule que les deux précédents opus (moi qui croyait la chose impossible) sont confirmées. En un mot comme en cent, ce générique est à chier avec une chanson technoïde de Madonna dont même Leader Price ne voudrait pas et une animation pitoyable mêlant la glace et le feu sur fonds de torture. Un de mes acolytes fanatique de Bond au point de me morigéner régulièrement dès lors que je manifeste des lacunes dans l'histoire bondienne ne pourra que souscrire à mes dires.
En fait Bond sera échangé contre un général devenu psychopathe à force de lire mes articles. Il était temps, devenu barbu et chevelu, il était méconnaissable. Mais le temps a passé et les services secrets l'estiment périmé. C'eut été mieux qu'on en reste là mais s'estimant avoir été trahi et le mors aux dents, il compte bien se venger. S'il tient tellement à se venger de son traître, il aurait dû commencer par éliminer le scénariste. Moi-même, j'ai été trahi par ma 3D-Fx2 et ça, je dois vous dire que c'est très dur. Dur comme mon tigre du Bengale quand je vois Halle Berry sortir de lamer en bikini (voir James Bond conte Docteur No). Belle naïade impétueuse sortant de l'onde tumultueuse encore vibrante de ses déhanchements lascifs propre à porter au rubicond le teint d'un moine bénédictin (je réserve cette allocution qui restera dans les annales mes sera utile pour le Prix Goncourt) . A la vue de cette belle plante, James se dit sans doute qu'il a là ferré un gros poisson. Ils font l'amour puis dézingue un apprenti sorcier généticien sans pouvoir mettre la main sur le général Zao. Ce n'est que parti remise car James vient d'être réintégré.
Il retrouve dans une station de métro désaffectée sa chef et le sympathique Q qui lui présente sa voiture invisible. James reste un instant interdit puis manifeste sa perplexité. Nous aussi, mais comme il a passé plus d'un an en prison, il faut se dire qu'il a un métro de retard (ha ha ce que je suis drôle). C'est à cette occasion qu'il rencontrer le méchant. Un certain Gustav Graves, une espèce de Captain Igloo cuistre qui dirige une mine de diamant en Islande (quelle idée !, pourquoi pas du pétrole en Auvergne tant qu'on y est) qui étant insomniaque vit ses rêves en construisant des palais de glace. Pourquoi pas , moi durant mes insomnies j'écris des critiques célèbres dans le monde entier. La rencontre a lieu dans un gymnase huppé où Madonna joue le rôle d'une maître d'arme. Sur ces entrefaites, Bond et Graves (un peu démago sur les bords) s'escriment au cours d'un âpre combat d'épée à prouver lequel des deux à les plus grosses.
Nos deux zouaves se retrouvent en Islande où la gironde mais froide assistante de presse réserve un accueil pour le moins glacial aux avances réitérées de notre héros qui lui joue pourtant paré de ses plus beaux atours le numéro du beau brun ténébreux au regard de braise cachant d'insondables pensées (où la baiser) mis en relief par un sourire enjôleur propres à faire se pâmer les plus belles filles de la planète. Insensible à l'œil de velours et aux propos mielleux, pas plus qu'au stylepoète pouet ampoulé, son opinion sur James n'est pas très positive : " il met le feu aux poudres " dit-elle. J'ajouterais même qu'il fait feu de tout bois, pour mettre en exergue la richesse de mon vocabulaire qui m'est très utile pour faire l'intéressant avec les filles. Il va falloir pour lui briser la glace et tenir des propos qui ne soient ni trop lapidaires ou laconiques ni trop superfétatoires qui seraient en l'espèce ineffables en vue d'entretenir des relations idoines en vue de percer le secret de Graves et de la percer tout court (oh, la belle phrase, celle-ci je la met de côté pour le Prix Nobel de littérature). Mais ce secret, je vous en fait cadeau : en fait Graves est le général tué du début ! Il a juste changé de gueule ( voir MI :2) mais le résultat n'est pourtant pas très convainquant et il veut faire fondre la planète grâce à un satellite (un peu comme dans Chapeau melon et bottes de cuir), comme quoi ce mec est vraiment fondu.
Heureusement, sous la glace le feu couve (voilà pour le Prix Renaudot) et il la fait rapidement fondre. Déconcerté par cette attitude, James s'interroge bien 3 dixièmes de seconde sur les conséquences de l'arrêt Nicolo sur la loi-écran avant de céder. Funeste erreur ! Il aurait dû se demander si cet agent du MI :6 n'aurait pas viré de bord à force de mauvaises fréquentations. C'est là qu'on voit que la magie n'opère plus. Moi-même je ne me saurais pas laissé prendre. Mais Graves, quand bien même il serait grave, a suffisamment de jugeotte pour se rendre compte que le point faible de Bond ce sont les femmes. Car c'est bien connu, ce qui cause la perte des hommes, ce sont les femmes. Elles nous tiennent par les couilles. Heureusement, j'ai pris mes dispositions. Non seulement je vis en ménage avec un chien et un chat, mais en outre je me les suis coupé et je les ai enfermé à double tour dans un coffre à la banque.
Le final d'anthologie a lieu dans un avion, le satellite qui était en train de mettre le feu partout suite aux propos incendiaires tenus par le père de Graves et Bond et Jinx (Halle Berry) en réchappent en sautant de la soute (comme dans Tuer n'est pas jouer) et ils font l'amour sur un lit de diamant. Jinx ne manque pas de constater cette vérité de La Palice comme quoi " Je suis bonne ". C'est bien vrai, aussi vrai que nous n'avons là plus affaire à James Bond mais à Austin Powers.