Pour filet à la liste des autres critiques

Mesdemoiselles, j'attends vos mails

AUTRES DAUBES AVEC GIBSON

"The Patriot": Le Mel et les abeilles

"La Rançon": Gibson dans la Mel...asse


Après avoir cessé d'imiter Frank Sinatra pour imiter Claude François, Mel Gibson peut entendre ce que pensent les femmes ! Et là, désillusion ! Pour être aimé des femmes il faut être lesbienne ! Toutes des salopes, je l'ai toujours dit ! Hum, ça m'excite.


ack Seguela qui a pour habitude de changer de fiancée comme moi je change de chemise est un fringant quadragénaire qui ne peut imaginer saluer une femme autrement qu'en lui pinçant les fesses. Il collectionne les filles et les succès et quand il balance à ses consoeurs une blague Carambar du style " Pourquoi les ouragans ont-ils des noms de femmes ? Parce que quand ils arrivent c'est chaud et humide et quand ils s'en vont t'as plus rien " elles applaudissent car c'est le chef. Enfin pas tout à fait mais ça ne saurait tarder. C'est du moins ce qu'il pense.
Car l'époque a changé et il est loin le temps où les femmes restaient à la maison pour laver le linge ou faire la vaisselle. Des machines les ont remplacées. Dieu merci, on n'a pas encore besoin d'avoir recours à une machine pour se faire tailler une pipe mais ce propos n'est-il point trop sexiste ? Oui ? Alors tant mieux car c'est justement l'attitude de notre " Eros " et il va en prendre plein la gueule lorsqu'il apprend que la ménagère de moins de 50 ans a pris le pouvoir et que c'est une femme qui lui a piqué son boulot de dans deux ans.
Jean Tibéri que j'ai eu le privilège d'interroger sur le sujet (Al Bundy était indisponible) s'est montré choqué devant tant de disgrâce, " car afin de servir l'esprit civique qui part en déliquescence du fait de la poussée des forces obscurantistes d'utopistes de gauche j'ai fait ressusciter d'anciens électeurs exprès pour qu'ils aillent voter pour sauver la République du péril rouge et même Dieu ne peut pas en dire autant. Et voyez où ça m'a mené. Quelle ingratitude. Je sens que je vais demander l'asile politique aux Seychelles ".
Jack qui s'appelle en réalité Nick Marschall mais allez faire un jeu de mot avec Séguéla avec un nom pareil, quoique ce mec nique beaucoup mais ce calembour qui a sa place dans l'Almanach Vermot est un peu moins subtil. Enfin quoi Nick, Jack, ou Marcel c'est comme vous voulez n'adopte pas le même raisonnement. Etant australien, il voit tout à l'envers tel mon double Koala Lumpur Jones que si je le tenais je lui enverrais mon poing dans la gueule. Une mouquère lui a pris sa place ? Dès lors, pourquoi ne pas la briser ? Une telle stratégie est la bienvenue car à ce moment de l'histoire ce n'est rien de dire que ce film nous les brise.
Il pense comme elle et donc lui pique ses idées et cette conne croit qu'il est plus fort qu'elle alors que quand on tourne " The Patriot " y a pas de quoi la ramener.
Mais le sens des réalités ne tarde pas à prendre le dessus. Nous sommes dans une guimauve américaine où tout finit bien. Jack se met à être de la jaquette et réconforte sa fifille comme maman, donne des conseils sentimentaux que même Méni Grégoire n'oserait pas formuler.
Bref tout finit bien, la morale est sauve et je mérite bien un remontant. Après avoir con vingt cul ma voisine de siège à la véracité de mes propos en lui montrant ce qu'est un homme et que de la marchandise comme ça t'as pas fini d'en vouloir, je me suis terminé un fond de Ricard, vestige de ma dernière beuverie et j'ai ri car en fait c'était du Pastis 51. Hum, je crois que je ne suis pas tout à fait remis de ma gueule de bois.

PS : Je vous recommande par contre un excellent film : " Selon Matthieu ". Dans ce film grand et magnifique un imbécile séduit la femme de son patron avant de tomber dans son propre piège. Une scène qui atteint un paroxysme d'intensité a retenu mon attention : c'est quand Matthieu s'entraîne au tir à la carabine à plomb en tirant sur une épave de BX. Rarement une telle force aura été atteinte dans un film de cinéma.