Retourner au sommaire du site

Avant de mourir d'un cancer, faites-moi part de vos impressions

DANS LE MEME DOSSIER

Les professeurs: à chacun ses manières (1997)

Les boys band: bourreaux des coeurs bourreaux des prote-monnaies

Mais où sont passées les docks? (1996)

Des histoires de coeur qui partent en couille plein la tête

Entrer au lycée, c'est entrer dans le monde des grands, le monde merveilleux de Justine ou encore d'Hélène et les garçons. C'est donc aussi le monde de la cigarette, symbole de la maturité par excellence. Drôle d'idée que de vouloir se déguiser en pot d'échappement. Voilà bien une chose qui m'a toujours déconcerté, car je croyais que seules les voitures fumaient naturellement. Mon chien, être vivant pas plus con qu'un autre ne fume pas lui. Et moi non plus parce que pour prouver ma virilité je n'ai pas besoin de me déguiser en pot d'échappement.

vez-vous remarqué ? Les Pogs eurent droit à l'éphémère titre de phénomène de société dans les écoles et les collèges où ils faisaient le bonheur des élèves affamés piaffant d'impatience pour retrouver leurs compères dans des parties acharnées pour ne pas dire échevelées entre deux cours soporifiques loin de faire écrouler la pile de l'adversaire.
Eh bien le lycée a son phénomène de société, inoxydable et permanent qui sera toujours à la mode : la cigarette. Le gouvernement a beau assommer cette génération rebelle de mesures répressives (lieux interdits aux fumeurs de plus en plus nombreux, hausses régulières des taxes), rien n'y fait. Ce ne sont pas 2 francs de plus (pardon 30 centimes d'euro) qui vont empêcher les secondes de s'initier au culte de la cigarette, signe évident d'entrée dans le monde adulte et l'étape de transition clope clandestine dans les chiottes est révolue. Le lycée est un espace de liberté et l'on s'affiche alors au grand jour. Et pour ceux qui n'ont jamais fumé, voilà le moment idéal d'affirmer sa virilité (garçons) ou son libertinage voire ses charmes encore en construction (les filles).
D'autres sont déjà passés à l'étape supérieure : la drogue. D'autres enfin préfèrent détruire leurs foies plutôt que leurs poumons. Parce que pour embrasser les filles (ou les mecs si vous êtes une fille ou homosexuel), il vaut mieux avoir du souffle. Quant à moi, je ne goûte pas ces plaisirs de petits joueurs et je suis passé depuis belle lurette à l'héroïne. A votre avis, d'où me vient cette inspiration ?
Il convient donc de constituer les fumeurs en trois grades.

1er grade : les Secondes: La plupart son débutants et leurs gestes et bouffées sont encore maladroits. Pardonnons leurs ces petites erreurs dues à leur inexpérience ; c'est le métier qui rentre. Quant à ceux qui crapotent, ce sont des tricheurs et je les rangerai dans la catégorie des ringards.

2ème grade : les Premières: Là les erreurs de jeunesse disparaissent. Certains s'entraînent intensément (et ce au détriment de leurs porte-monnaies) afin de maîtriser ce geste délicat et si furieusement chic. Ceux pour qui il n'y avait rien à faire, condamnés au ridicule du moment qu'ils avaient une clope au bec ont capitulé, ce qui était préférable s'ils ne voulaient pas grossir le déjà volumineux rang des ringards.

3ème grade : les Terminales: Certains ont accédé au statut de champion. En effet, par rapport à la Seconde ou la Première, les interclasses sont bien réduites de moitié ! Alors que c'était déjà assez juste pour " cramer la clope ", vous pensez. Maintenant ce ne sont plus des poumons qu'ils ont mais bien des aspirateurs ! Le geste est devenu naturel. Tantôt BCBG, tantôt désinvolte, il traduit bien la personnalité du fumeur et les antagonismes qui peuvent exister dans le lycée. Enfin notons la performance de ceux qui ont réussi à doubler leurs performances de constructeur. Car la cigarette roulée, moins chère à l'achat, offre évidemment l'inconvénient d'être un outil complexe à assembler, digne d'un casse-tête chinois et qui exige un doigté calme, posé et réfléchi.

Voilà, maintenant que vous savez tout, vous êtes libres en votre âme et conscience d'entrer dans cette communauté ou d'en sortir, personnellement j'en ai rien à foutre du moment que vous ne touchez pas à mes Pogs. Un conseil quand même, travaillez avec application ! Car fumer reste un travail d'artiste.