Pour  retourner au menu du site

Pour retourner à la liste des dossiers de l'écran à cran

Pour me demander comment je fais pour être aussi génial, envoyez-moi un e-mail

DANS LE MEME DOSSIER

The Patriot: Le Mel et les abeilles

ET PUIS AUSSI

La Rançon: Gibson dans la Mel...asse

Ce que veulent les femmes: Quand Mel devient tout miel

" J'ai zu gondent de fous foir, fous afez un grand dalent ! " m'a un jour dit un admirateur germanique (comme quoi mon talent est mondialement reconnu). Or justement tel ne semble pas être le cas d'un être que l'on dit suprême qui persiste à s'amuser à me jeter des bâtons dans les roues alors que comparé à mon incommensurable talent il n'y a pas de quoi se vanter, car c'est quand même oublier que je suis pas la moitié d'un pédé.

ésus Christ est bien l'homme le plus célèbre au monde. Il faut dire que la qualité de fils de Dieu est suffisamment rare pour ne pas s'y arrêter. Toutefois ce personnage figure parmi ceux dont la personnalité est le plus sujette à caution. En effet, si certains massacrent des gens en son nom , d'autres comme Desproges ne voient en lui qu'un indépendantiste palestinien de gauche, ce qui ne peut pas être à proprement parler considéré comme un compliment. En outre en visionnant " La dernière tentation du Christ " j'ai eu la sensation de voir Jésus présenté sous les traits d'un communiste et force m'est de reconnaître que ceci m'a soulevé le cœur car qu'y a-t-il de pire qu'un communiste sinon un anticommuniste ? Bon par la suite ma conscience que je consulte toujours au premier chef ne m'a pas dicté de conduite à tenir comme incendier par exemple des cinémas pour la simple et bonne raison que pour écrire un tel article il ne faut pas avoir de conscience . C'est du moins l'opinion de mon psychiatre et il a de qui tenir.
Et puis est venu le jour où j'ai dû m'interroger sur le Christ. Alors que je lisais tranquillement Télé7Jours pour faire comme les gens du peuple, je suis tombé en arrêt, non pas d'autobus, mais devant un article ayant trait à la vision divine de l'ex chroniqueuse hippique Pierrette Bres. Pour ceux qui voient au cheval autre chose qu'un steak ou l'ancêtre de la voiture, je dirais que cette dame donnait à l'ouvrier désirant gagner facilement de l'argent comme tous les naïfs qui votent en se figurant que cela va changer quelque chose à leur destin des pronostics sur le cheval capable de tourner le plus rapidement possible sur un circuit ovale au rythme de coups de cravache serinés régulièrement par des nains sanguinaires.
Or donc (où est Ornicar) cette personne affirme, je cite : " Tu ne sera plus jamais seule, je serai toujours avec toi. Rentre chez toi témoigner et tu pourras Me servir ". C'est alors que je me suis dit que Jésus apparaît vraiment devant n'importe qui . A croire qu'il n'a aucune éducation. Est-ce que je parle aux fils d'instituteurs moi ? C'est du moins ce que m'a toujours enseigné la cousine de ma mère.
Car entre une bergère, une paysanne des Pyrénées, des portugais et maintenant une ancienne chroniqueuse hippique, on ne sait plus où se donner de la tête. Et c'est alors qu'IL m'est apparu à son tour, alors que je baisais tranquillement en lui pratiquant le chevalet bulgare une femme volcanique aux seins diaboliques, au teint velouté avec un goût de pêche qui vous met l'eau à la bouche et vous incite à déborder d'ingéniosité à défaut d'autre chose.


Et IL me dit textuellement ceci : " Pour aller au Gaumont Labège depuis Bordeaux, il faut prendre la A62 puis la rocade intérieure Sortie 18 ". De tels propos m'ont bouleversé. Désormais ma vie ne sera plus la même.
Mais quel était le sens exacte de ses paroles quasi divine ? Après des palabres effrénées avec mon chat, nous en sommes tous deux venus à la conclusion qui suit. Il fallait que j'aille à Bordeaux chercher l'inspiration divine pour aller voir " The Patriot " au Gaumont Labège avant d'en écrire la critique afin de servir le peuple en l'exhortant à ne pas voir une telle merde.
Pourquoi Bordeaux ne manquerez-vous pas de me demander ? C'est là une excellente question à laquelle je me dois de rétorquer que les voies du seigneur, tout comme celles de Toulouse aux heures de pointe, sont impénétrables. Un proverbe ne dit-il d'ailleurs pas que " Si tu vas à Bordeaux, tes amis de tout bord te tourneront le dos ", ce qui ne peut qu'être interprété que comme une incitation à la modestie et l'humilité.
Hélas l'enfer est parfois pavé de bonnes intentions et c'est alors que se produisit l'horreur. Jésus, probablement distrait ou désorienté devant l'ampleur de sa tâche (professer la parole divine n'est pas de tout repos, une seule vie ne suffirait pas c'est pourquoi il a eu l'intelligence de ressusciter ce qui lui facilite grandement les choses) Jésus s'est planté ! Parfaitement ! Il n'y a pas que les présidents de la République qui pratiquent les bourdes et Jésus m'avait indiqué le mauvais numéro ! Si bien que je me suis retrouvé paumé dans un quartier mal famé bourré de Citroën BX et Dieu sait si c'est horrible.
De ce fait je n'ai pas pu aller visionner " The Patriot ". Mais mon sens du devoir étant au dessus de tout, même des seins démoniaquement tentants de ma voisine quand même mère de famille, je n'ai quand même pas hésité à braver la tempête née de mon courroux et après avoir copieusement insulté le plus illustre des fils en dépit des réprimandes de ma grand-mère qui a eu l'heureuse initiative de continuer à vivre et qui se vante de prier pour moi alors que franchement elle pourrait utiliser ce temps pour faire autre chose comme me dire par où j'ai commencé cette putain de phrase et où je veux en venir si tant est que je connaisse encore le sens de mes propos par moments si incohérents que j'en viens à me demander si avant toute chose il ne conviendrait pas de mettre un point à cette diatribe (ça change du mot " phrase " trop ordinaire à mon goût donc à proscrire). Reprenons donc. Jésus m'a filé un mauvais tuyau alors que quand je veux me bourrer tranquille, ceux de Zaphod sont toujours infaillibles même si ce type présente la lacune d'avoir des relents de sang breton et que je le soupçonne d'être d'accointance socialiste qui m'a toujours quelque peu désappointé car mon rang ne saurait être associé avec ce type de personnages. Si bien que je me suis paumé et que je n'ai pu voir le film. Mon sens du devoir me pousse à faire fi de ce léger désagrément et du fait que j'ai déjà fait fi de quelque chose dans cet article (à cet effet voir plus haut, plus haut que mon cul renchérit Brassens d'ailleurs). J'ai alors pris les devants et rédigé la critique de ce film quand même (de toute façon pour ce machin il n'est guère facile de se tromper) et vous invite à la lire de ce pas.
Quant à Dieu, en plus de nous avoir emmerder avec un mois de juillet plus que pourri alors que c'était le seul moment où je pouvais prendre des vacances tranquilles, il nous emmerde à faire un fils pas fichu de m'indiquer la bonne sortie. C'est pourquoi j'ai décidé de mourir pour aller lui expliquer entre quatre yeux ce que je pense de tout cela avant de ressusciter aussi sec rien que pour écorner sa légende .
Moralité : personne n'est parfait et s'il est quelqu'un qui peut se vanter d'être infaillible et grand, je ne vois que moi.